Archive

Histoire 2017-03-27T15:17:24+00:00

Histoire

Le concept de Xtreme Triathlon mène les athlètes aux racines du triathlon. Seule la propre performance, l’ambiance familiale et l’expérience au milieu de paysages à couper le souffle comptent. La coopération des organisateurs du SWISSMAN, Norseman et Celtman voudrait promouvoir et de diffuser ces valeurs du triathlon.

Norseman Xtreme Triathlon

L’ Xtreme Triathlon Norseman a célébré son dixième anniversaire en été 2012 ! La course extrêmement exigeante de distance Ironman qui commence au Hardangerfjord, passe par le haut plateau le plus vaste de l’Europe et se culmine sur la montagne la plus haute de la province Telemark, a fait du Norseman une expérience de triathlon unique.

Aujourd’hui, onze années après la première en 2002, les 250 places au Norseman sont soumis à un tirage au sort entre plus que trois fois d’inscriptions venus de 40 nations de tous les cinq continents. L’enthousiasme parmi les athlètes d’endurance pour cette compétition est énorme.

Celtman Extreme Scottish Triathlon

C’est ainsi qu’en été 2012 le Celtman en Écosse avait eu lieu pour la première fois en collaboration avec les organisateurs du Norseman. Sous la devise : «In the Spirit of the World’s finest Xtreme Triathlons»  le Celtman est la deuxième compétition réussie d’après le principe : «back to the roots of Triathlon».

Le premier SWISSMAN

Environ 50 triathlètes se battaient sur ​​la route de Brissago à la Petite Scheidegg , non seulement contre l’adversité de la météo, mais aussi contre leurs propres limites. Le premier SWISSMAN appartient à l’histoire.

«Je suis allé au-delà des limites que je m’étais fixés “, résume Stierli, vainqueur du premier SWISSMAN après son arrivée sur la Kleine Scheidegg. Le Rickenbacher (SG) a collé son étquette sur le Triathlon Xtreme: Il a pris 11,29 heures pour les 3,8 kilomètres de natation, les 180 km de vélo et les 42 km de course à pied. Stierli, 38 ans, a distancé Rafael Wyss qui est plus jeune de huit ans (Thalwil CH, 11,53 heures) de 24 minutes. Le podium des hommes a été complété par Andrea Zamboni, 42 ans, (12,05 heures) d’Ascona .

La première femme, la natif Britannique Emma Pooley de Hausen am Albis, a traversé le finish après 12,39 heures. Elle a dominé le champ des femmes dès le début et a pu, en dépit de problèmes techniques mineures sur le vélo, mettre plus d’une heure entre elle et Andrea Huser, 39 ans, de Aeschlen ob Gunten (BE), (13,53 heures). Le troisième athlète était l’allemande Julia Nikolopoulos , 36, (14,46 heures) .[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]Un membre digne de la famille du Triathlon Xtreme

Sur la course du SWISSMAN les athlètes ont fait un triathlon de longue distance qui était vraiment spécial. Le lancement de la première étape est tombé à 5:08 devant de les îles de Brissago, d’où les triathlètes ont nagé à Ascona. Le parcours vélo de 180 kilomètres a mené par le Gotthard, la Furka et le Grimsel, où les participants ont été mis à l’épreuve par du vent, de la pluie et le soleil. À Brienz, on monte finalement à pied à la Petite Scheidegg à travers du panorama imposant avec Eiger, Mönch et Jungfrau. Un des participants a résumé :

“Vous courez un marathon avec les muscles, un Ironman avec la tête – mais le SWISSMAN vous ne gérez qu’avec le coeur.” Marcus Raatz , SWISSMAN finisseur 2013

Le premier Xtreme Triathlon SWISSMAN a eu lieu avec un champ limité de 50 athlètes. “Nous avons pu acquérir une expérience précieuse en vue de recevoir une grille complète d’environ 200 participants l’année prochaine “, a déclaré le président de l’OC Beat Stadelmann après la fin du premier SWISSMAN. Il y avait eu ni blessés ni d’accidents graves. Fatigué et heureux il a déclaré: ” C’est un rêve qui se réalise pour nous – notre évènement est un membre digne de la famille du Triathlon Xtreme . ”

“Swissman. Une chose sensationnelle. Hautement recommandable. Avoir été un des participants du premier SWISSMAN me rend très fier. J’espère que l’histoire continuera.”  Philip Brack, SWISSMAN finisseur

“Eh bien, je n’ai pas vraiment grand chose à dire, c’était sans aucun doute la chose la plus difficile que j’ai jamais faite dans ma vie (et j’ai essayé de choses folles dans ma vie). Tellement dur mais tellement beau, quel voyage !” Billy Munksbog , SWISSMAN finisseur, Danemark

Close